A rebours

A rebours

Cinq
Quatre
Trois
Deux…

Je n’ai pas compté le temps
L’insipide aux tranchants aiguisés
Ni mesuré l’espace entre deux respirations
Ni même écouté l’odieux bruit de l’après
Sourd étouffé sous l’apesanteur d’un ciel somptueusement bas

Visage de tous les âges
Tous
Même ceux que je n’ai jamais vus ou que je ne verrai jamais
Tu as l’âge de mes trente ans
Sagesse étrangement prématurée
Quand elle prenait source dans les croyances de la jeunesse
Et plus tard l’à venir de la folie d’avoir déjà vécu
Sur le tandem d’une urgence cousue de lenteurs en patience

Quatre
Trois
Deux…

Là-bas les courbes du pré brouillent leur géométrie
Sous l’ondée tiède quand mon cœur bouillonne au claquement d’une portière

Deux
Un…

A la pliure du petit chemin des figues
Cinq arabesques doucement inexorables
Ta main en signe d’au-revoir

Ce n’est qu’Un…

Top départ.

Romane


11/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres