Emergence

La Terre n'était plus qu'une pomme
Une pomme grise
Une pomme aux yeux fermés
Frileuse sous ses rides hivernales
Une pomme aux bras resserrés sur elle-même
Petite vieille parcheminée de bourrasques
Au dos voûté par le poids de ses glaces
De ses gelées en grignote-pieds
Une aïeule craintive et sourde
Dents serrées contre les cimes de brumes
Paupières perlées de hautes marées sombres

La Terre n'était plus qu'une pomme
Une pomme de terre
Rabougrie

Et puis le miracle revint
Toujours le même
Le premier toujours
En cet instant où l'écorce se fendille
Terrestrement volontaire à faire entrer le ciel dans ses entrailles
Dans une parade amoureuse à danses de floraisons
Dans la musique des débris d'une peau morte
S'en allant claudiquant se cacher derrière le bois mort
Pendant qu'explose le requiem du renouveau
En cet instant où émergent les doigts pointés au ciel
Chacun trempé d'une couleur
Et toutes les couleurs en éclats flamboyants

Alors l'Orange Bleue
Rouge
Verte
Jaune
Pourpre
S'enroula dans l'étoffe de son printemps tout neuf

Romane



20/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres