Les oiseaux s'en allaient à l'ombre des feuillages noirs

Les oiseaux s'en allaient à l'ombre des feuillages noirs

"Se peut-il qu'une échancrure de terre se laisse bercer par le silence,

quand partout ailleurs crépite l'anarchie humaine ?"

 

066 - Copie.JPG

Électrocardiogramme du photographe

* * *

Bas soleil bas aux doigts rasants
La source s'inverse en discrète galopade
Ors diagonales des mathématiques automnales
Formes effilées du jour en creux
Que lorgne déjà le crépuscule

 

Il tombera droit devant tout à l'heure
Quand la nuit avalera dans ses plis silencieux
Les prés sauvages
La roselière et son eau lisse
Lisse
Lisse

 

Mais en cet instant du renversement du monde
Bien avant la rosée de l'aube prochaine
Comme une clé blanche qu'accompagne encore parfois
Le son baigné de plumes presque somnolentes
Les derniers oiseaux diurnes traversent l'étang
En nage feutrée.

Romane


13/11/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres