Nez au vent des désordres

 

Faudrait frotter ses mains au feu des portes brûlées

En accrochant ses yeux aux lampions d’un sentier cailloux

Poser ses pieds sur les ailes d’une terre libre

Et partir nez au vent des désordres

 

Faudrait chanter gorge pleine de mots sans rimes

Faire danser ses doigts en virevoltes guitare

Sentir battre les plis des jupons aux chevilles

Et partir nez au vent des désordres

 

Faudrait  flirter fleurs et glissements d’oiseaux

Happer saveur d’herbes au pré d’un soir soleil

S’envoler s’éparpiller se dissoudre et se perdre

Et partir nez au vent des désordres

 

Romane



06/11/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres