Sous Venir

Ça roule chaotique ça croule et ça crisse doigts croche en flash

Jusqu’au creux crash misère

Et puis ça se tait lent

Jusqu’au détache ment

 

Ton oiseau main dans la mienne, aux migrations soudaines et presque définitives, aux migrations dont on ne revient pas, ou si furtivement, oui, si furtivement qu’elles ne sont plus que des apparitions provisoires. Des bruissements de ruisseau quand l’eau s’en va. Quand l’eau s’en va…

 

Et que le sous venir se tait…

 

Romane

 

1098.JPG



10/02/2015
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres