La porte qui ne voulait plus s’ouvrir

Je l’ai retenue

Le plus longtemps possible en bâillonnant mon souffle

Ouverte au vent et aux rires du monde

Béante à laisser entrer sortir la folie du monde

Dans la nécessité de voler encore un instant

A chaque fois l’ultime

A chaque fois recommencé

En questionnant le détail muet

Celui qui manque à l’âme et au cœur

Combien encore ?

 

Il y avait la ribambelle des gestes tendres

La peur la faim le froid l’horreur

L’importance des petits riens

L’inadvertance du hasard

Le galop des chevaux rêveurs

Et tant de choses encore qu’il faudrait en perdre la salive pour les dire toutes

 

Et puis

 

D’une balafre rouge aussi rouge qu’un rouge noir

Dans la collision de deux chaos têtus

Le rasoir a tranché d’un coup net

La gorge de mes doigts

 

Elle s’est refermée

J’ai entendu le cliquetis de ses verrous

Et puis plus rien

 

Romane



12/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 52 autres membres