Liane lumière

 

Plus bas il y avait le fond

Sa fange douçâtre

La fourberie de son velours

 

Obscurité

 

Mais là-haut la force d’un trait

Perçant jusqu’au trouble le plus insistant

 

A deux mains s’agripper au rayon

Remonter

Pendant que s’enfonce le noir  dans le brun d’une boue silencieuse

Gravir le tissage de lueur

 

Clair obscur

 

En apnée

En laissant l’eau des yeux se fondre à l’eau du puits

Perdre la notion du temps

Et de l’espace

Ne pas penser

 

Lumière

 

Lever  visage au vent

Se laisser traverser par le rêve

 

Caresse

 

 

Romane



16/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres