Sans Lune

J’ai trempé mes mains dans le bleu

Dans le rouge l’or et la lumière

Il n’y avait ni mur ni toile

Ni même un papier de soie

Il y avait l’air

L’impermanence éthérée

Je l’ai peinte

 

Je l’ai peinte à pleines paumes

A doigts ouverts

A doigts serrés

Barbouillant tout des couleurs du vivre

A gestes lents

A envolées convulsives

Mains retroussées sur le neutre à tagger

 

Des roulades de pluies

Des orages sanguins

Des matins en brumes estompées

 

Je l’ai peinte en chantant

En criant

En pleurant

 

Je l’ai peinte à coups de poings

 

Et le bleu le rouge l’or et la lumière ont enfanté le noir

De la nuit sans lune

 

Romane



12/02/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres