Verticales Horizontales et Obliques

D'une robe de pluie
Qu'un nuage nouait à la hanche du ciel
Dégringolait
Un ruban irisé

* * *

Le ciel versait son chagrin
La vitre pleurait avec lui
Et leurs larmes s'en allaient en ruisseaux d'abondance
Me laissant fascinée
Par l'insolence de leur liberté
Moi
Derrière la vitre
Emmurée

* * *

Un pétale
Une fleur
Un arbre
Un jardin
Un village
Les champs autour
Le ciel par dessus
La terre par dessous
Mes yeux
Et tout ce que mes yeux ne verront jamais
Tout ça comme ça
Dans une goutte d'eau

* * *

Sur le dos d'un nuage
Au bord du précipice
Elle hésita
Et dans l'instant du désespoir
Se jeta dans le vide

On lit sur sa tombe
"Ci-gît la pluie
Suicidée d'un jour de printemps"

* * *

Du ventre d'un ciel sombre
Un nuage tendit ses bras vers la terre
Et de ses doigts dégoulinants
Rinça la poussière
Et raviva les couleurs

Puis
Dans la quiétude d'un soleil retrouvé
Sa brume d'été
S'allongea
Caressante

Alors le chat sortit
Etonné

* * *

Joue du vent
Contre joue de Lune
Ils dansaient
Sur partition nocturne

* * *

Il faudrait murer le ciel
Pour l'empêcher de danser
Le vent
Capitonner la terre
Pour l'empêcher de chanter
Le vent

Mais le vide
Prendrait les couleurs insipides
De l'absence de lui
Le vent

Romane


02/02/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres