Chorégraphie des insoucieux

 

Tant d’obliques aux carrefours des regards

Tant de mots ravalés ils ne voudraient rien dire ou ne le pourraient pas

Tant de rêves à laisser exsangue au petit jour quand ils laissent entrevoir ce qui aurait pu et qui ne sera pas

Tant de linge souillé qui ne sera plus jamais propre

De cicatrices rouges par-dessus d’autres cicatrices rouges

Au ring de la guerre de vie ou d’une vie de guerre

De martèlements sombres sur la terre battue

Agonisante muette dans le brun de son sang

Tant d’amours désinvoltes sifflant comme les balles

Aux tympans des abandons sans explication

Et d’autres avortés sans comprendre pourquoi pendant qu’ils flamboyaient

Tant de départs sordides dans les nuits déchirantes

De suicides en révoltes qui ne porteront pas plus loin que l’amnésie

Tant de chorégraphies en âmes torturées

Tant de tréfonds lourds à clouer sur place

Tant de pierreries à lapider le souffle du crève la faim

De combines minables contre une heure de paix

 

Et la Terre

Grosse des enfants qu’elle n’a pas voulus

Halète en accouchant de leurs excréments

 

Romane



24/02/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 68 autres membres